En réponse à l’appel du Pape au Bourget en 1980

Promouvoir une France fidèle « aux promesses de son baptême aux fonts baptismaux de Reims à la Noël 496 » et faire participer tous ses fils à cette « alliance avec la Sagesse éternelle » (Jean-Paul II), en leur enseignant la vertu de piété dont découle le juste amour de son pays.

 Mgr Rey entouré des chanoines Goupil, fondateurs de l’Ordre.

Présentation

Fondé le 25 mars 2017 (en l’année du centenaire des apparitions de la Très Sainte Vierge Marie à Fatima) et accueilli par Mgr D. Rey, Évêque de Fréjus-Toulon, dans le cadre d’une convention, l’Ordre de Saint Remi est une association de fait de fidèles catholiques, rassemblée autour de chanoines séculiers consacrés à la prière pour la France.

Sa devise (« Que Votre Règne arrive », Luc. XI, 2) rappelle à ses membres qu’ils ont à travailler au règne social du Christ Roi, en France particulièrement.

Mission propre

L’Ordre a pour but la gloire et le service de Dieu et de l’Église, le soutien à la sanctification du Clergé français ainsi que des fidèles qui s’associent à son œuvre.

Il est attaché à la prière pour le salut de la France, Fille aînée de l’Église « mais pas la plus fidèle » (Pape François), et s’attèle au travail de recherche, d’enseignement, de défense et promotion du patrimoine de la Chrétienté selon le « génie français » (S. Pie X).

« Nous prions Dieu que la France catholique soit la Fille première-née de l’Église romaine ; qu’elle échauffe, garde, développe par la pensée, l’action, l’amour, ses antiques et glorieuses traditions pour le bien de la religion et de la patrie » (Pie XI).

Vêpres solennelles à quatre chapiers avec assistance pontificale, en la collégiale du Val.

Liturgie

L’Office divin – et les Messes des dimanches et fêtes – est célébré pro Francia. La liturgie latine traditionnelle, dans laquelle est célébré le Culte divin, est le trésor, cœur et source de l’Ordre. Comme dans les abbayes et monastères, les Heures sont chantées au choeur dans les collégiales, permettant aisément aux fidèles laïcs d’y participer au coeur-même des villes ou villages, et d’entrer ainsi dans la continuelle prière de l’Eglise à son Divin Epoux, plus efficace des prières sur le Coeur de Dieu.

Chapitre de Saint-Remi

Branche ecclésiastique de l’Ordre de Saint Remi érigée le 8 octobre 2018 par décret épiscopal en ‘association cléricale publique de fidèles de droit diocésain‘, le Chapitre de Saint-Remi est un collège de chanoines séculiers doté de la personnalité juridique.

Il a vocation à rassembler des :

  • Chanoines : membres pléniers du Collège séculier de l’Ordre, auxquels peuvent se joindre des candidats aux Ordres sacrés.
  • Affiliés clercs d’autres congrégations & diocèses, désireux de vivre son esprit.
  • Bénéficiers ecclésiastiques ou laïques s’engageant au service actif de l’Ordre.

Hors du Chapitre, des Membres simples peuvent participer selon leurs possibilités aux œuvres et mérites de l’Ordre comme un tiers-ordre.

Qu’est-ce qu’un Chanoine ?

Un chanoine séculier est le membre d’un collège réuni en chapitre, dédié quotidiennement à la célébration solennelle de la Liturgie et au chant de l’Office choral au cours de la journée dans une église appelée collégiale voire cathédrale.

« Chartreux à la maison, apôtres au dehors » (S. Vincent de Paul)

« Contemplactif » dans la cité, intermédiaire entre le religieux et le curé, l’ermite et le cénobite, le chanoine de Saint-Remi est toutefois clairement séculier. Sa vie recluse favorise prière et étude ; et l’amitié vécue sans vie communautaire stricte avec ses confrères, « radicati et fundati in caritate non ficta » (Eph. III, 17 et II Cor. VI, 6), soutient son état ecclésiastique et la nécessaire émulation vers la sainteté sacerdotale.

 

Apostolat

« Père Saint, est-ce là le royaume de Dieu que vous m’aviez promis ? 

Non, répondit l’évêquec’est l’entrée du chemin qui y conduit » 

(S. Grégoire de Tours rapportant le dialogue entre Clovis et S. Remi).

Le Chapitre de Saint-Remi travaille à la formation des âmes et des esprits par :

  • le rayonnement de la liturgie latine traditionnelle, oeuvre évangélisatrice,
  • la prédication de retraites ou de missions,
  • l’organisation de conférences,
  • la réalisation de pèlerinages,
  • l’enseignement de la doctrine sociale de l’Eglise
  • et l’aumônerie des mouvements qui se confient à lui.

Complémentaires du clergé diocésain, les chanoines assurent aussi le service des Curies diocésaines :

  • Chancellerie,
  • Secrétariat particulier de l’Evêque,
  • Officialité,
  • Archives.