« Adveniat Regnum Tuum« 

Deuxième demande de l’oraison dominicale, la devise « Qu’advienne Votre Règne » (Luc. XI, 2) invite les membres de l’Ordre à travailler au règne social du Christ Roi en France.

« Vive le Christ, Qui aime les Francs » fut en effet ajouté comme prologue de la loi salique par le roi Clovis.

A la « Triple Donation » du 21 juin 1429, sainte Jeanne d’Arc fit comprendre à Charles VII qu’il ne tenait son trône qu’en commende de la part du droiturier seigneur Jésus-Christ, vrai roi de France.

Blasonnement

De France ancien, à la croix d’argent

ou D’azur semé de lys d’or, à la croix d’argent.

L’écu de l’Ordre de saint Remi résume de manière simple et évidente sa raison d’être : PRIER POUR LA FRANCE.

PRIER. La Croix d’argent, c’est-à-dire blanche en héraldique, symbolise la foi pure, et donc plus généralement la prière.

POUR LA FRANCE. Le semis bleu fleurdelisé est le traditionnel écu des rois de France, et par extension de la France-même. En 1376, le blason royal fut modifié par Charles V en trois fleurs de lys seulement, représentant la Très Sainte Trinité. L’antique semis des précédents rois fut alors dit de France ancien, et le nouveau de France moderne. Le fait d’utiliser l’ancien blasonnement manifeste que l’Ordre s’attache à la France depuis ses origines, et donc bien avant le XIVe siècle, puisque la France est née aux fonts baptismaux de Reims en 496.

La croix de chapitre posée en pal derrière l’écu est l’insigne propre des chapitres de chanoines, qui se font précéder de leur croix dans les processions lorsqu’ils marchent en corps.

Quant aux chanoines, ils portent en héraldique un chapeau à trois houppes noires de chaque côté du blason personnel.

L’Ordre de saint Remi a relevé le blason de l’abbaye royale de Saint-Remi de Reims (image ci-contre), fameux monastère où repose le corps de saint Remi et où était conservée jusqu’à la Révolution la Sainte Ampoule. Son précieux contenu se trouve aujourd’hui à l’Archevêché de Reims.

 

Au sacre du roi de France, c’est le grand-prieur de Saint-Remi (image ci-dessus) qui apportait à la cathédrale le reliquaire de la Sainte Ampoule, qu’il portait autour du cou. Un dais était porté au-dessus. L’accompagnaient en équipage équestre quatre seigneurs, appelés les « seigneurs otages de la Sainte Ampoule », qui s’engageaient à défendre le précieux trésor au prix-même de leur vie s’il le fallait. Après la cérémonie, ceux-ci raccompagnaient le grand-prieur et le reliquaire à l’abbaye. C’est en cette abbaye que sont conservés dans une châsse les restes de saint Remi.